Chiffres du secteur des OPC 3e trimestre 2018

01/02/2019

« Le marché belge des fonds s’est solidement maintenu au cours des 9 premiers mois de 2018, sous l’impulsion des souscriptions nettes, mais il se prépare à un quatrième trimestre difficile », Marnix Arickx – Président de BEAMA

Troisième trimestre :

Au troisième trimestre 2018, le secteur belge des fonds a enregistré une progression de 2,2 %, sous l’impulsion des souscriptions nettes et des hausses des cours des actifs sous-jacents. Fin septembre 2018, l’actif net des fonds commercialisés publiquement en Belgique atteignait 200,0 milliards EUR.

L’on a noté, au cours du troisième trimestre de 2018, une progression de 4,8 % de l’actif net des fonds qui investissent principalement en titres à revenu fixe. L’actif net des fonds qui investissent majoritairement en titres à revenu variable, comme les fonds « balanced » et les fonds d’actions, a quant à lui progressé de 1,5 % au cours de la même période.

Dans la catégorie des fonds mixtes, les fonds d’épargne-pension ont marqué une légère baisse de 31 millions EUR durant la période de juillet à septembre 2018. Cette diminution tient au fait qu’il a été procédé, pour la quatrième fois en septembre 2018, à la perception accélérée du prélèvement anticipatif (voir la règle des 5 x 1%)3.

Les fonds d’actions ont connu la plus importante croissance absolue de leur actif net durant le troisième trimestre de 2018 grâce à la hausse des cours des actifs sous-jacents. Les fonds monétaires ont quant à eux enregistré leur croissance relative la plus importante au cours de cette période.

Perspectives quatrième trimestre :

Pour le dernier trimestre de 2018, BEAMA s’attend à ce que le secteur belge des fonds subisse notablement l’impact de fluctuations des taux et des conditions de marché volatiles, résultant des incertitudes politiques et économiques internationales. Une estimation provisoire fait état d'une diminution de l'actif net d'environ 5 %.

Une telle évolution est attendue dans plusieurs pays européens.

Marché belge des fonds1

Par marché belge des fonds, il faut entendre « l’actif net des fonds de droit belge et de droit étranger commercialisés publiquement en Belgique ». Dans ce cadre, BEAMA prend en compte toutes les classes d’actions des fonds publics susceptibles d’être commercialisés en Belgique.

Une enquête de BEAMA indique que l’actif net des fonds commercialisés publiquement en Belgique a augmenté de 4,4 milliards EUR, soit 2,2 %, au cours du troisième trimestre de 2018. Les fonds commercialisés publiquement en Belgique représentaient ainsi 200,0 milliards EUR fin septembre 2018, ce qui constitue un nouveau record historique pour le secteur belge des fonds.

La progression du marché belge des fonds au cours de la période de juillet à septembre 2018 est à attribuer au maintien de la confiance des investisseurs, qui se traduit par des souscriptions nettes positives.

Au cours des 9 premiers mois de 2018, l’actif net des fonds commercialisés publiquement en Belgique a progressé de 2,8 %, ce qui correspond à 5,5 milliards EUR. Au cours de tous les trimestres de la période s’étendant de janvier à septembre 2018, les fonds ont enregistré des souscriptions nettes. Cependant, ces flux positifs ont été légèrement affaiblis par des baisses des cours des actifs sous-jacents.

En résumé, on peut dire qu’au cours des 9 premiers mois de 2018, la croissance de 2,8 % est totalement due à des souscriptions nettes. Ceci indique que, comme lors des 4 années précédentes, les investisseurs recherchent à nouveau des fonds pour y placer leur épargne.

Sur l’ensemble de la période de janvier à septembre 2018, les fonds mixtes sont ceux qui ont le plus progressé, avec une croissance de 5,1 %.

La hausse des fonds mixtes s’accompagne également d’un recours croissant aux fonds de fonds. Le développement des fonds de fonds est influencé notamment par la réglementation et la recherche d’efficacité (en matière de coûts).

Evolution du marché belge des fonds au cours de la dernière décennie

Pourcentage des classes d’actions retail2 sur le marché belge des fonds

Fonds investissant principalement en titres à revenu fixe

Dans le groupe des fonds investissant majoritairement en titres à revenu fixe, l’actif des fonds obligataires commercialisés en Belgique a progressé de 1,4 milliard EUR, soit 4,1 %, au cours du troisième trimestre de 2018 et représentait ainsi, fin septembre 2018, un montant de 36,5 milliards EUR. Cette évolution est imputable aux hausses des cours des actifs sous-jacents.

L’actif net des fonds monétaires ou fonds du marché monétaire a enregistré une progression de 0,5 milliard EUR, soit 9,2 %, entre juillet et septembre 2018.

Au total, l'actif net des fonds investissant principalement en titres à revenu fixe a enregistré une hausse de 4,8 % au cours du troisième trimestre de 2018, atteignant ainsi un actif net commercialisé de 42,8 milliards EUR fin septembre 2018.

Sur l’ensemble des 9 premiers mois de 2018, l'actif net des fonds investissant principalement en titres à revenu fixe a augmenté de 10,7 %, soit 4,1 milliards EUR.

Fonds investissant principalement en titres à revenu variable

Dans le groupe des fonds investissant majoritairement en titres à revenu variable (comme les fonds d’actions par exemple), ce sont souvent des tendances à la hausse qui ont été notées au cours du troisième trimestre de 2018, ce, grâce aux souscriptions nettes.

L’actif en Belgique des fonds d’actions a augmenté de 2,0 milliards EUR, soit 3,7 %, entre juillet et septembre 2018. Cette progression est imputable aux hausses des cours des actifs sous-jacents augmentées des souscriptions nettes. Fin septembre 2018, l’encours des fonds d'actions s'élevait à 56,0 milliards EUR.

Evolution détaillée de l’actif commercialisé au cours de la dernière décennie

La catégorie des fonds mixtes (fonds d’épargne-pension inclus) a noté une progression de 0,6 milliard EUR, c’est-à-dire de 0,6 %, au cours du troisième trimestre de 2018, grâce à des souscriptions nettes. L'encours commercialisé de ces fonds mixtes s’élevait ainsi à 95,0 milliards EUR fin septembre 2018.

Ces fonds ont connu un succès croissant ces dernières années et, depuis 2015, ils représentent la principale classe d’actifs. Du fait de leur politique d’allocation active, ces fonds mixtes conviennent très bien à une politique de répartition des risques dans le cadre de MiFID II : ils se prêtent parfaitement à un ajustement du produit au profil de risque des clients.

Dans la catégorie des fonds mixtes, les fonds d’épargne-pension ont noté une légère baisse durant le troisième trimestre de 2018. Fin septembre 2018, l’actif net des fonds d’épargne-pension représentait 19,6 milliards EUR.

Durant le troisième trimestre de 2018, les fonds d’épargne-pension ont enregistré des remboursements nets à concurrence de 60,0 millions EUR. Il est important de noter à cet égard qu’en septembre 2018, il a été procédé pour la quatrième fois à la perception accélérée du prélèvement anticipatif (cf. règle des 5 x 1 %)3. Sans cela, des souscriptions nettes légèrement positives auraient été enregistrées.

Au troisième trimestre de 2018, les fonds avec protection de capital ont enregistré un recul et représentaient un encours de 5,3 milliards EUR fin septembre 2018. Cette évolution est imputable à la baisse des cours des actifs sous-jacents.

Globalement, l'actif net des fonds investissant principalement en titres à revenu variable a progressé de 1,5 % au cours du troisième trimestre de 2018 et représentait, fin septembre 2018, un encours commercialisé de 157,2 milliards EUR.

Sur l’ensemble des 9 premiers mois de 2018, l'actif net des fonds investissant principalement en titres à revenu variable a progressé de 0,9 %, soit de 1,4 milliard EUR.

Fonds de droit belge

Fonds de droit belge distribués publiquement

Fin septembre 2018, les fonds publics de droit belge représentaient un actif net géré total de 158,4 milliards EUR. Au même moment, les fonds d'épargne-pension représentaient 19,6 milliards EUR de ce total, soit 1/8e  des fonds publics de droit belge.

Le calcul du rendement moyen des fonds d'épargne-pension sur une base annuelle au 30 septembre 2018 donne le résultat suivant :

  • A 1 an : +0,2 %
  • A 3 ans : +4,5 %
  • A 10 ans : +5,3 %
  • A 25 ans : +6,6 %

BEAMA a mis au point un tableau de bord des fonds d’épargne-pension qui figure en annexe de ce communiqué. Grâce à ce tableau de bord, on dispose désormais d’un aperçu synoptique, sur une base trimestrielle, des chiffres clés relatifs aux fonds d’épargne-pension du troisième pilier ainsi que de leur évolution.

Fonds institutionnels de droit belge distribués non publiquement

Depuis la publication des AR d'exécution au Moniteur belge du 18 décembre 20074, des véhicules d'investissement peuvent être développés sur mesure pour les investisseurs institutionnels, et ce, sous la forme « d’OPC institutionnels à nombre variable de parts ». Ces fonds institutionnels sont des fonds non-publics qui doivent être déclarés auprès du SPF Finances.

Ces fonds institutionnels ne doivent pas être confondus avec les fonds publics possédant des classes d’actions non retail, qui sont inscrits auprès de la FSMA.

Fin septembre 2018, les 148 compartiments institutionnels de droit belge représentaient un actif net de 19,8 milliards EUR. Ces fonds ont attiré de nombreux investisseurs institutionnels du fait notamment qu'ils permettent de donner de la consistance aux marchés institutionnels dans le domaine des actifs financiers et de la constitution de pension.

Plus d’informations

De plus amples informations peuvent être obtenues

Ces statistiques et d’autres relatives au secteur des OPC sont disponibles sur le site internet de BEAMA (www.beama.be) sous la rubrique « Statistiques ».


1 Conformément à la liste des organismes de placement collectif publics reprise sur le site internet de la FSMA.

2 BEAMA définit les classes d’actions retail comme étant des classes d’actions susceptibles d’être proposées aux particuliers, étant entendu que l’apport (initial) minimal ne doit pas excéder 100.000 EUR et qu’aucune condition supplémentaire ne peut être imposée par le gestionnaire du fonds.
Durant le premier semestre de 2016, des améliorations techniques ont ainsi été apportées aux statistiques de BEAMA.

3 Le gouvernement a décidé de réduire le prélèvement anticipatif sur les fonds d’épargne-pension de 10 % à 8 %. Dans le même temps, il est prévu une perception accélérée du prélèvement anticipatif. Concrètement, cela signifie qu'en 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019, les titulaires d’une épargne-pension devront payer 1 % au titre de prélèvement anticipatif sur le capital constitué à fin 2014. A l'âge de 60 ans, le solde sera perçu.

4 Il existe par ailleurs aussi d’autres fonds non publics placés de façon privée.

Plus sur: